Quelques repèresMarie-Noëlle Paschal, sur la rétrospective 2014La Provence, sur "d'Elle", 2012Gérard Engrand, sur "d'Elle", 2010

Chiara Palermo, sur "Silences", 2010

R-D Carmagnolle, sur "d'Elle", 2010

Anny Pelouze, sur "d'Elle", 2009

Anny Pelouze, sur "Episodes", 2007Bruno Groensteen, Bô magazine, 2007

Michel Cazenave, sur "Empreintes", 2005

Anny Pelouze, sur "Lisières", 2002

Jacqueline Helleux, 2004

La Voix du Nord, 2002

Michel Random, sur "Lisières", 2001

Michèle Vilet, 1988

Jean Hoyoux, 1986

Anny Pelouze, "de ma peinture", 2008

 

De ma peinture...

En art, autant de propositions, autant de visions. Pas de conception ni de production authentique sans tension créatrice. C’est par le mouvement, la forme qui esquisse souvent des lisières pour mieux les transgresser, mais aussi par la couleur ainsi que par la densité ou la fluidité des matières utilisées que j’essaie de traduire quelque chose de ma propre vision. Puisque tout regard agit, je choisis de suggérer plutôt que de cerner afin de permettre précisément au « regard autre » d’aventurer sa capacité créatrice.

Sous le pinceau ou la plume que je manie, le trait net arrive et disparaît, selon une succession aléatoire d’affirmations et d’effacements, succession rappelant celle des certitudes et des doutes. Des esquisses rapides tentent de nommer les choses sans les enfermer ; elles seront ensuite longuement travaillées, chaque détail offrant un petit monde à l’œil qui veut s’y attarder. Et puis, associer spontanéité et raffinement est un paradoxe qui me stimule. La spontanéité guide la main qui dessine, peint, froisse ou lisse. Le raffinement privilégie le plus souvent les matériaux minéraux, végétaux, organiques : huile, pigments, encre de Chine, tempera à l’œuf, papiers artisanaux, toile de lin ou fibres de coton. Enfin, dans cette expression protéiforme, le hasard permet d’improviser avec ce qui se présente et pousse toujours plus loin la découverte.

Dans la facture abstraite de mes travaux il arrive parfois qu’un élément figuratif intervienne, en connivence furtive. La capacité qu’ont les choses secrètes de se révéler dans un instant de dévoilement inattendu me fascine. Parfois cet instant change tout et, alors, comme notre perception du monde se métamorphose, nous nous transformons avec elle.