Quelques repèresClaude Haza, sur "Silences" et "Fluides", 2016Roland Duclos, "d'Elle" Chamalières 2016

presse Chamalières 2016Michel Gathier, sur Silences et Fluides, 2016Marie-Noëlle Paschal, sur la rétrospective 2014Gilbert Sauvan, préface, 2012La Provence, sur "d'Elle", 2012Gérard Engrand, sur "d'Elle", 2010

Chiara Palermo, sur "Silences", 2010

R-D Carmagnolle, sur "d'Elle", 2010

Anny Pelouze, sur "d'Elle", 2009

Anny Pelouze, sur "Episodes", 2007Bruno Groensteen, Bô magazine, 2007

Michel Cazenave, sur "Empreintes", 2005

Anny Pelouze, sur "Lisières", 2002

Jacqueline Helleux, 2004

La Voix du Nord, 2002

Michel Random, sur "Lisières", 2001

Michèle Vilet, 1988

Jean Hoyoux, 1986

Anny Pelouze, "de ma peinture", 2012

 

Gilbert Sauvan, Préface du catalogue de l'exposition "d'Elle"

Le Musée de Préhistoire des gorges du Verdon présente du 15 novembre au 15 décembre 2012 l'exposition d'Elle : origine et métamorphoses de la Grande Déesse, en collaboration avec l'artiste peintre Anny Pelouze et en partenariat avec le Musée d'Archéologie de Nice - Site de Terra Amata.

D'Elle nous plonge aux origines de l'Humanité, à travers l'art contemporain et l'archéologie. Le regard croisé d'Anny Pelouze et celui du Musée de Préhistoire sur les plus anciennes représentations féminines offre au visiteur un dialogue à la fois artistique et scientifique sur les multiples visages d'Elle : à la fois femme, mère et déesse.

La multitude de statuettes féminines du Paléolithique et du Néolithique, dont s'est parfois inspirée Anny Pelouze dans ses peintures, fascine depuis leur découverte : des silhouettes aux formes opulentes du Paléolithique supérieur baptisées Venus gravettiennes, figures à la fois sensuelles et énigmatiques car sans visage, aux images féminines du Néolithique d'une stylisation extrême, presque dérangeantes dans leur modernité... Qui sont elles ? Femme-Mère, Déesse-Mère, Déesse de la Fécondité ou Grande Déesse... Ces images féminines ancestrales sont des représentations symboliques qui ont véhiculé, pendant des milliers d'années, le concept d'une divinité bienveillante et protectrice, garante de la fertilité.

Le volet archéologique de l'exposition présente ces statuettes féminines préhistoriques, à travers des panneaux explicatifs illustrés de cartes et de photographies. Dans les vitrines, une sélection de 45 moulages de figurines prêtées par le Musée d'Archéologie de Nice - Site de Terra Amata permet au visiteur d'apprécier la diversité et la richesse des représentations féminines ainsi que leurs différences stylistiques, en fonction des périodes et des régions.

Pour la partie artistique, plus d'une quarantaine de peintures, abstraites et figuratives, composent la série d'Elle qui est ici exposée pour la première fois dans son intégralité. Au-delà du thème de la Grande Déesse, "une et multiple", omniprésente dans d'Elle, c'est tout le questionnement sur l'origine de l'univers et de l'humanité que cette exposition reprend, en rapprochant le langage symbolique de l'artiste du discours scientifique du Musée de Préhistoire des gorges du Verdon.

Gilbert Sauvan,

Président du Conseil général, Député des Alpes de Haute-Provence